Alice revisite le pays des Merveilles 2

Avant de lire ce texte – qui est la 2ème partie de l’histoire- il est presque indispensable de lire la 1ère partie  avant pour comprendre la situation.

Une voix s’élève.
 » On a faim ! Viens nous préparer quelque chose.  »

Ils entraînent Susie dans la cuisine, ma laissant sous la garde de ‘blouson rouge’. Assis à côté de moi, il me tient pas un bras, me sourit et me dit que je ne suis pas au bout de mes surprises. Quelques minutes s‘écoulent. Je vois la porte de la cuisine s’entrouvrir, une main passe par l’ouverture et éteint la lumière. Je les entends revenir dans la salle. Quelle saloperie ont-ils encore inventé ?

Brusquement la lumière est rallumée et ils sont tous là, sans leur cagoule.

Stupeur !Effarement ! Un cri de surprise ! je les connais tous. Je suis pétrifié. Il y a Antoni,, celui que j’appelais ‘Blouson rouge’, Antoni avec qui je fais du jogging presque tous les week-ends ! Le petit jeune, c’est Kévin, un collègue de travail ; j’ai mangé avec lui hier midi à la cantine. Le chef… oui Paulo, un des habitués de la salle de gym avec qui je fais parfois certains exercices. La fille, c’est Bénédicte, une amie de Susie, celle qu’on voit toujours avec ses robes BCBG ou ses tailleurs stricts genre Chanel ! Je ne comprends plus ! Il sapportent des bouteilles de champagne et un énorme gâteau d’anniversaire, ils ont les mains chargées. Tout ce monde, y compris Susie, me fait de grands sourires amicaux ! Je suis sans voix et sans réaction.

(suite…)



Alice revisite le pays des Merveilles 1

Alice commençait à en avoir assez de surveiller sa petite soeur qui jouait dans l’herbe de la prairie. Pendant les vacances scolaires c’était la tâche dont Alice était chargée pendant que leurs parents étaient partis travailler. Ce pré là, elle le connaissait bien. Situé juste au bout de du jardin familial, elle y avait joué depuis sa toute petite enfance sous l’oeil protecteur de sa mère, et maintenant, c’était au tour d’Alice de veiller sur sa jeune sœur. Assise à l’ombre d’un pommier, elle se prenait à rêver, à penser à son petit ami, Jeremy, et se disait quelle serait mieux avec lui plutôt que de faire la baby-sitter pour sa sœur.

C’est alors q u’elle vit passer un lapin blanc.Il trottait, les oreilles dressées, un peu plus loin dans la prairie. Il s’approcha, comme s’il n’avait pas vu Alice et sa sœur. Alice n’y aurait pas porté spécialement attention si elle n’avait distinctement entendu le lapin dire: « Il doit être déjà cinq heures. Je suis en retard.  »

(suite…)



Couples Mélanges 2

Avant de lire cette partie, Il est conseillé de lire la première (publiée le  13 janvier 2007 dans la catégorie ‘En groupe’)

Ils finirent par s’endormir, chaque couple pudiquement revenu dans sa chambre, comme si rien ne s’était passé. Le lendemain matin, quand il se levèrent, le temps était radieux. Sabine fut le première à descendre et passa dans la cuisine préparer le petit déjeuner. Elle se dit qu’un bon café et des tartines grillées toutes chaudes leur feraient du bien. Sachant qu’elle serait seule dans la cuisine, puisque les autres dormaient encore, elle s’était contentée d’enfiler un tee shirt qui lui cachait à peine le haut des cuisses…
François, déjà réveillé et attiré par l’odeur du café fraîchement préparé, entra dans cuisine quelques minutes plus tard. Sabine, occupée sur l’évier, avait le dos tourné. Il vit comment elle était habillée – ou plutôt déshabillée. Dans le contre-jour, il devinait toutes les formes du beau corps qu’il avait possédé si peu de temps auparavant.
 » Elle est vraiment belle… et désirable  » pensa-t-il. Il salua Sabine mais se sentant peut-être un peu gêné et embarrassé après ce qui s’était passé la nuit précédente, il ne savait comment l’aborder. Fallait-t-il faire comme si rien ne s’était passé et commencer une aimable conversation sur le beau temps ? Allait-il évoquer leur nuit torride ? Il se pencha vers Sabine pour lui déposer un petit baiser sur la nuque. En faisant ce geste amical, il frôla ses fesses. Elles étaient si douces et si chaudes. Brusquement, François eut envie non pas de baiser Sabine, non pas de la prendre comme un animal en rut ou de se vider les couilles en elle mais il eut envie de faire l’amour à cette femme, lentement, calmement, doucement, pleinement. Il eut envie de lui faire l’amour pour se donner à elle et partager quelque chose de grand avec elle.Il glissa ses mains autour de sa poitrine et les posa sur ses seins fermes. En même temps, il colla son sexe qui durcissait rapidement sur les fesses de Sabine. Il mur murmura des mots doux et ajouta qu’il avait envie d’elle.

(suite…)



Couples mélanges 1

L’homme trébucha et s’écroula lourdement sans le sentier rocailleux en poussant un juron. La femme qui l’accompagnait n’eut pas même le temps de s’approcher de lui qu’il commençait déjà de se relever en disant :  » C’est bon, Sabine, tout va vient, je n’ai rien.  »
Mais en essayant de se remettre debout, il poussa un cri de douleur.
 » Mon chéri, Simon, ça va ? Tu es blessé ?  » s’enquit sa compagne anxieusement.
Simon et Sabine étaient en train de faire une randonnée aux pied des Pyrénées, dans cette région vallonnée et si belle du gave d’Ossau quand Simon était tombé, butant accidentellement sur une grosse pierre au milieu du chemin. Venant tout juste d’atteindre la trentaine, ils habitaient près de Tarbes et passaient presque tous les week-ends d’été à randonner dans leur magnifique région.

(suite…)



Retour de vacances

Quelque chose me tire de mon engourdissement. Je me dis que ce doit être un coup de frein ou un écart du volant.
J’ouvre un œil, mais tout semble normal sur l’autoroute, pas de bouchon, pas de voiture escargot à doubler, rien que la nuit que percent les phares.
C’est alors que je m’aperçois que j’ai été réveillé par une main qui s’est posée sur ma cuisse. La main de Violaine. En même temps, je me rends compte que Violaine, qui doit dormir, s’est effondrée sur mon épaule, comme elle l’aurait fait sur l’épaule de son mari. Persuadé que sa main s’est posée sur ma cuisse par hasard quand Violaine a bougé en dormant, je m’apprête à la saisir doucement pour le reposer sur le siège. Mais juste à cet instant, je sens la main qui remonte rapidement sur ma cuisse et vient se poser sur mon sexe en appuyant légèrement dessus puis en le caressant du bout du doigt !
Aucun doute, ma voisine n’est pas endormie et elle sait très bien ce qu’elle fait…

(suite…)



Protégé : A ma maman Cherie

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :



Protégé : Les 3 S : Suce, Sodo, Sauna

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :



Protégé : Petis plaisirs Homo en famille

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :



Une seule nuit lesbienne

Je n’avais pas l’habitude de sortir sans mon homme le samedi soir, mais à force d’insistance de la part de mon meilleur ami homo, je ne pouvais faire autrement que de le suivre dans une soirée sur Lille: il voulait prendre un verre dans un bar gay. Je n’avais aucune crainte, aussi je le suivis; au moins je ne me ferais pas draguer. J’entrepris donc d’aller le chercher vers 21 heures, et nous prîmes la route !

Arrivés vers 22h dans le centre-ville, nous nous rendîmes dans un petit bar où ne se trouvaient, pour la plupart, que des hommes; je me sentis donc de trop dès le départ.

Après quelques verres et voyant ma gêne, mon ami me proposa d’aller dans une boîte un peu plus bas dans la rue, ce que j’acceptai avec grande joie.

Apparemment, mon ami avait branché un mec, qui nous suivit. La musique était très cool, électro et transe, un régal. Nous nous installâmes au bar, des bières pour les garçons et moi une vodka orange.

(suite…)



Cure thermale

Colette n’en pouvait plus de ses kilos superflus. Il y avait bien longtemps que son mari ne lui susurrait plus des mots d’amour et les rares fois où il avait encore envie d’elle, c’était le matin, certain que son érection tenait plus de la mécanique que de la libido. Ses copines l’avaient bien entraînée à la piscine, mais le calvaire du maillot de bain noir une pièce trop serré pour elle et des regards ironiques quand elle entrait dans l’eau, l’avait peu à peu découragée. C’est son médecin, qui au regard de sa tension aussi élevée que l’Everest et de son taux de cholestérol qui se portait mieux que le cours de la bourse, qui lui parla d’une cure thermale. Colette n’aurait aucun mal à obtenir de la sécurité sociale une prise en charge pour les soins, resterait à ses frais l’hôtellerie.

Colette était ravie de cette proposition, ce serait l’occasion de partir sans son mari qu’elle ne supportait plus et de demander à sa fille de l’accompagner, la solitude lui faisait trop peur. En effet Colette à 50 ans souffrait du syndrome du nid vide, son fils était déjà parti de la maison et sa fille Lola, 17 ans, ne tarderait pas à imiter son aîné.

(suite…)



12345

Stream SeX |
GangBang Streaming |
yasmina18 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délires et des rêves
| photoscoquines
| OrgieX-Extrème