Récit érotique : Le pasteur pervers 6

Le pasteur Knowlton venait tout juste de rencontrer la ravissante Kelly Garnison, de retour de fac pendant les vacances d’été, qui venait réserver une date pour son mariage au mois de juin, juste après l’obtention de son diplôme.

Ils avaient discuté des procédures suivies par les candidats au mariage, il lui avait alors conseillé de visiter un célèbre conseiller matrimonial qui assistait la paroisse dans l’établissement de liens maritaux de bons alois.



En félicitant la jeune beauté de son récent engagement, il prit sa main gauche pour admirer la bague de fiançailles, il s’imaginait déjà sa main si parfaitement manucuré lui délivrant une enivrante branlette !

La jeune fille sortant de l’église ressemblait à un ange se découpant sur le petit étang en arrière plan.

- Je vous remercie de prendre le temps de voir monsieur Mollway ce jeudi après-midi Kelly ! La félicita-t-il.

- Pas de problème, pasteur Knowlton, il vaut mieux que je le fasse maintenant tant que je suis de retour….. Je suis certaine que les choses vont s’emballer à l’approche de mon mariage ! Répliqua la ravissante future.

Lorgnant la somptueuse jeune fille vêtue d’un chemisier rouge et d’une jupe noire, rayonnante d’innocence il lui demanda de poser pour prendre un cliché d’elle qu’il pourrait éditer sur le site internet de la communauté pour aviser les paroissiens de son prochain mariage.

Kelly s’exécuta gracieusement, elle était convaincue que sa photo serait vue par maints membres de la congrégation et non pas par une bande de noirs lubriques qui miseraient une forte somme d’argent pour être le premier à étrenner les charmes de la somptueuse future mariée.

Au même instant son propre pasteur se demandait quelle prix atteindrait le privilège d’être le premier à se vautrer entre ses blanches cuisses !

Quant au pasteur Mollway, l’ex-pasteur Mollway plutôt, il avait volontairement abandonné le monde de la foi pour jouir de fortes sommes d’argent que des pervers versaient pour assouvir leurs appétits de chair blanche fraîche.

Et maintenant qu’il avait élargi son emprise sur le jeune pasteur Richard Knowlton, il débouchait maintenant sur une exploitation de plus en plus fructueuse de l’album de presse de la congrégation….. Que ce bon pasteur en soit remercié !

En cette dernière occasion, Ralph savait qu’il parviendrait facilement à hypnotiser l’adorable future pour lui intimer de coucher volontairement avec le membre de la PPBN (« Parti Progressiste du Bienheureux Nestor ») qui la désirerait le plus.

Le fait de rétrocéder 10 % des bénéfices à la caisse noire de l’église ne faisait qu’accroître son emprise sur ce jeune imbécile de pasteur.

Comme le site web proposait un grand nombre de jeunes beautés belles sans soupçons, les clients pourraient choisir leur proie comme sur catalogue, le pervers vieux bâtard cherchait une possibilité aux clients lassés de se défaire de leur esclave en offrant une gamme étendue de partenaires parmi lesquelles choisir son élue.

Conscient que les enchères étaient une activité dynamique sur internet, le vieux Mollway avait creusé cette idée, il ne lui restait à acquérir que l’expérience nécessaire pour atteindre son but.

- Hmmmm cela devrait marcher ! Au lieu que ce soit moi qui négocie avec les consommateurs du prix qu’ils veulent mettre pour acquérir la marchandise, si j’annonce une mise à prix de départ et le temps imparti aux enchères, elles devraient déterminer le vainqueur….. Finit-il par conclure ravi de sa réflexion.

Ayant contacté un jeune informaticien depuis deux semaines il disposait maintenant d’un appui logistique performant et évolutif.

Il avait demandé au jeune informaticien avec lequel il était en ligne de lui fournir un catalogue de joaillerie féminine prenant note de la façon de changer les photos et les textes par ceux lui convenant, puis d’éditer son catalogue sur un site web discret permettant des mises aux enchères.

Le jeune gars lui avait même fourni un compteur décomptant le temps jusqu’au terme d’une vente, moment où serait annoncé l’offre gagnante, ce qui d’après lui rendrait les enchères d’autant plus excitantes et serait le moteur de la surenchère.

Il avait aussi appris comment diffuser de courts clips vidéos au cas où il aurait besoin de doper les enchères.

Pour doper l’intérêt des clients potentiels, Mollway avait décidé de leur offrir de quoi stimuler leurs libidos, il avait pensé commencer par diffuser quelques photos suggestives et une paire de courts clips vidéos.

- Vous pouvez être l’heureux gagnant qui obtiendra les faveurs de cette somptueuse beauté !

Assurait le texte lapidaire surmontant la photo de Kristin Corbett.

Il suffisait d’un click sur la photo de la jeune femme vêtue de sa robe bleue marine chargée de son baise-en-ville pour qu’un court clip vidéo la montre évoluant sous hypnose. Le spectateur pouvait alors la voir répondre aux questions qui lui étaient posées :

- As-tus déjà eu des rapports sexuels avec ton fiancé ?

- Oh, non !

- Es-tu vierge ?

- Oui !

- As-tu programmé de rester vierge pour ta nuit de noce ?

- Oui…..

Une seconde photo de la ravissante jeune femme succédait au jeu des questions/réponses , le sous-titre recommandait :

- Faites une offre et vous pourrez peut-être le remplacer !

- Arrêtezzzzzzzzzzzz…. Arrêtezzzzzzzzzzzzzzzz…. Je vous en prie….. S’il vous plait ….. Nonnnnnnnnnnnnnn….. Arrêtezzzzzzzzzzzz….. Je vous en prie …. Ne me violez pas ! ….. Je vous en supplieeeeeeeeeeeee….. Je ne veux passssssss….. Sanglotait la malheureuse Kristin Corbett cherchant à faire cesser l’infâme viol qu’elle subissait.

Alors que l’on voyait les puissantes mains noires la clouer sur le lit on l’entendit hurler d’une voix perçante alors que le colosse noir enfouissait sa grosse mentule dans son étroite petite chatte :

- Aieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee ! ….. C’était un cri exprimant toute sa douleur et son humiliation alors qu’il plantait furieusement son énorme chibre dans son intimité révulsée.

Et alors qu’il coulissait âprement dans son antre enflammé Kristin hurlait de plus belle :

- Nonnnnnnnnnnnnnn….. Nonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn ! …..

- Peut-être rêvez-vous de vous faire une ravissante rouquine ? …

Avait ensuite tapé Mollway :

- Alors cliquez sur la photo du bas et contemplez cette jeune beauté rousse, vous verrez comment nous l’avons hypnotisé et vous pourrez détailler ses charmes les plus secrets !

Puis le jeu des questions réponses reprenait :

- Quelle est ta position favorite en amour ?

- J’ai toujours fait l’amour avec mon mari allongé sur moi ! ….. Je crois qu’on appelle cela la position du missionnaire ! …..

- As-tu déjà pensé à avoir des relations sexuelles avec un autre que ton mari ?

- Jamais ! …

- Comment te sentirais-tu si un colosse noir était couché sur toi et te posséderait puissamment ? …

- J’en mourrai de honte !

- Vous Voulez en entendre plus ?

Mollway lançait alors l’image suivante représentant madame Julie Morris empoignant à pleine main une bite bandée au travers d’un pantalon.

- Cliquez sur cette photo et vous verrez cette ravissante jeune femme en état d’hypnose branler son propre pasteur !

A peine avait-on cliqué sur la photo qu’un nouveau clip vidéo démarrait ainsi que le jeu des questions/réponses

- Dites-moi madame Morris avec vous déjà Taillé une pipe ? …..

- Je ne vois pas ce que vous voulez dire ! ….. Qu’est ce qu’une pipe ? …..

- As-tu déjà accueilli un pénis ta bouche pour le sucer jusqu’à ce qu’il éjacule ! ….

- Oh non… Jamais ! ….

- Et pourquoi ?

- Parce que… Parce que c’est dégoûtant ! ….

Puis le clip montrait comment il hypnotisait la somptueuse jeune femme pour qu’elle croit qu’il s’agissait de la mentule de son mari……. Ignorant totalement que c’est la bite se son propre pasteur qu’elle allait sucer avec avidement !

Ralph Mollway savait que le réseau de vaudou, réunissant une horde de vigoureux et pervers noirs, donnerait des sommes importantes pour assouvir leurs appétits de luxure et leur envie de posséder de somptueuses jeunes femmes blanches.

Il savait que le réseau d’amateurs était encore plus nombreux, mais pour l’élargir et lui faire atteindre une taille importante, Ralph devait spéculer.

Au travers des salons du réseau vaudou il avait indiqué l’adresse URL de son site de vente aux enchères puis avait indiqué à tous qu’il devrait être prêt à fonctionner ce dernier vendredi en matinée.

Depuis lors, après trois jours pleins écoulés, Ralph était totalement épaté de constater que son site avait déjà était visité à 60.000 reprises.

Ayant reçu l’appel du pasteur Knowlton l’avisant de programmer une séance de conseil matrimonial pour une certaine mademoiselle Kelly Garnison ce jeudi après-midi, le vieux Mollway se sentait tout excité à l’idée de recevoir cette jouvencelle d’autant plus qu’il avait appris que c’était une véritable beauté.

Sachant que la promise se tenait dans le bureau du pasteur Knowlton il questionna le jeune prêtre :

- Est-ce une véritable beauté ? ….

- Oui ! ….

- Blonde ? ….

- Oui ! ….

- Quel âge ? ….

- 22 ans ! …

- Vierge ? …

- Je le crois ! …..

- Qu’aimerais -tu qu’elle te fasse Richard ? …. Qu’elle te branle ou qu’elle te suce ? ….

- La seconde proposition ! …..

Il avait enjoint au pasteur Knowlton d’updater le site web de l’église ce jour même, Mollway se contenta alors de copier la photo de la somptueuse promise pour la transposer sur son site d’enchères, avec une annonce prévenant les éventuels enchérisseurs que les enchères concernant la ravissante Kelly Garnison débuteraient ce vendredi.

Comme la session prémaritale devait avoir lieu jeudi après-midi, Mollway avait idée d’ajouter un clip vidéo de l’adorable jeune femme et plus spécialement l’instant où il lui demanderait si elle était vierge espérant qu’elle affirmerait que oui.

En fait si elle était vraiment pucelle cela ferait sûrement monter les enchères de façon considérable, peut-être même de 10.000 $.

En regardant la photo de la somptueuse jeune blonde qui posait dans un corsage rouge et une jupe noir très classique, il se demandait combien lui rapporterait cette jeune beauté, combien les clients mettraient-ils de plus si elle était encore pucelle.

Le jeudi après-midi, à l’heure convenue, l’adorable Kelly Garnison arriva au bureau du conseiller matrimonial après avoir déjeuné avec ses anciennes condisciples de lycée.

Vêtue d’un chemisier blanc, d’une jupe jaune et de hauts-talons blancs elle se pointa juste après que son pasteur se soit dissimulé dans le cabinet de toilette regardant par les fentes de la porte ce qui se passait dans le bureau.

Saluée par le vieillard qui lui sembla d’un abord affable, Kelly se dirigea vers le fauteuil des patients comme il le lui indiquait, elle s’assit sur ce fauteuil en tout point semblable à ceux que l’on s’attendait à trouver dans un cabinet de psychiatre.

Au cours de l’entrevue, conformément à ses prévisions, le conseiller marital cherchait plus à cerner sa personnalité qu’à lui indiquer quoi faire et quoi proscrire dans les rapports entre deux jeunes mariés.

Et, lorsqu’il lui demanda si elle avait déjà été hypnotisée, et si elle avait des objections à être interrogée sous hypnose pour fouiller plus profondément son âme, les premières hésitations légitimes passées, Kelly explosa de rire en l’avisant qu’on n’avait jamais tenté de l’hypnotiser, l’assurant qu’elle ne croyait pas pouvoir être hypnotisée puisqu’elle n’y croyait pas.

Lorsqu’il lui demanda la permission de tenter l’expérience, elle rit et l’engagea :

- Bien sur, allez-y ! …. mais je pense que vous allez perdre votre temps ! …..

Il lui dit alors de se relaxer, Kelly sourit à pleines dents à la vue de l’étincelante gemme qui se balançait lentement devant son visage, elle gloussa comme ces filles gnangnans qui passaient à la télé.

Deux minutes plus tard sous l’objectif de la caméra commençait le jeu des questions/réponses que Mollway allait s’empresser de déposer sur le site aux enchères.

- Quel âge as-tu Kelly ? ….

- 21 ans, 22 dans un mois ! …

- As-tu déjà fait l’amour avec ton fiancé ? …

- Oh, non ! ….

- Es-tu encore vierge Kelly ? …

- Bien sûr ! …..

- Quelles libertés as-tu accordée à ton fiancé ? ….

- Il m’a embrassé… Sur la bouche et m’a un peu caressée ! ……

- As-tu déjà pris en main son pénis ? ….

- Nonnnn ! …..

- As-t-il déjà glissé sa main dans ta petite culotte ? ….

- Non….. Mais il a essayé ! …..

- T’as-t-il déjà peloté les seins ? …..

- Oui, mais seulement au travers de mon corsage ! …..

A ce moment Mollway fit signe à son complice de s’avancer à la tête du lit, puis il reprit son questionnaire.

- As-tu déjà imaginé que ton fiancé remontait ton corsage et ton soutien-gorge pour empaumer tes seins et les palper lascivement ? ….

- Oui ! ….

- Aimerais-tu constater à quel point ces caresses sont enivrantes ? …..

- Oh oui ! ….

- C’est bien ma chérie….. Décontracte-toi et imagine que c’est ton gentil fiancé qui te fait éprouver ces plaisirs ! …..

Lorsque Mollway lui fit signe de s’installer à coté du lit, Richard bandait comme un cerf alors qu’il se postait au coté de l’infortunée jeune femme hypnotisée.

Ayant écouté les questions et les réponses Richard avait le souffle court, comprenant qu’il allait avoir le privilège de dévoiler les nichons de la belle zombie, l’idée qu’il allait la toucher aussi intimement le faisait frissonner.

Se laissant tomber çà genoux, Richard tendit la main pour empoigner le bas du chemisier et l’extirper de la ceinture de la jupe.

Puis il déboutonna sans vergogne son corsage.

Les deux pans de corsage écartés, elle se retrouvait en soutien-gorge blanc, Mollway se saisit de la caméra pour prendre quelques plans rapprochés du pasteur Knowlton profitant sans vergogne de l’état d’inconscience d’une ravissante jeune femme de sa congrégation.

- Hummmm en alternant les prise de vue, cela devrait ouvrir de façon fort attractive sa description… Pensait-il ravi.

Le « pasteur prend soin de ses ouailles » ce titre s’imposa brusquement dans l’esprit tourmenté du pervers Mollway alors qu’il matait Richard dénuder les deux collines jumelles en remontant les bonnets du soutien-gorge.

Il filmait le pasteur empaumant les deux rotondités jumelles puis étirant doucement les tétons dardés.

Puis il prit les mamelons en bouche et se mit à sucer allant de l’un à l’autre titillant avidement de la langue les doux tétins.

Mollway lui fit signe de se reculer pour se tenir en retrait, Richard s’exécuta docilement espérant que très bientôt Kelly lui ferait ce qu’elle n’avait jamais fait jusqu’ici, à savoir : ….. Sucer une bite !

Il écoutait Mollway implanter ses suggestions dans l’esprit candide de Kelly, il bavait d’excitation à la pensée de ce qui allait suivre. Le jeu des questions/réponses reprit alors :

- Kelly veux-tu faire plaisir à ton fiancé ? …..

- Oui…

- Veux-tu lui plaire physiquement ? …..

- Oh, oui…..

- Sais-tu que les hommes adorent que les femmes leur donnent du plaisir avec la bouche ? …..

- Euh, non…

- Aimerais-tu apprendre à donner du plaisir à ton futur en te servant de ta langue et de tes lèvres ? ….

- Oui…

Poursuivant cet échange il lui suggéra :

- Alors glisse tes jambes hors du sofa et assieds-toi ma petite chérie….. Comme ça, c’est bien….. Et maintenant agenouille-toi sur la moquette….. C’est ça… Et maintenant pasteur Knowlton va t’apprendre comment pratiquer avec ton fiancé ! …..

En fait, ce film dépeignant comment un vraiment prédicateur prenait soin d’une jeune femme membre de sa congrégation, évidemment une splendide femelle, se verrait sûrement primé dans un concours de films pervers.

Et voilà que La ravissante future, suivant les instructions de Mollway tendait la main empoignant sa hampe vibrante d’une de ses petites mains manucurées.

- Ooooooooooooh… Kelly….. Mon, Dieuuuuuuuuuu ! …. Oh ouiiiiiiiiiiii ! …..

Visiblement, à l’entendre gémir, tu lui donnes beaucoup de plaisir avec tes mains ! ….. Mais si tu veux plaire encore plus aux hommes, et plus spécialement à ton mari, tu devrais te servir de ton autre main pour le branler lascivement ! ….. Oui comme ça….. Montre bien ta bague de fiançailles ornant ta main qui le branle aussi consciencieusement ! ….. Rien qu’à la voir tu vas exciter bien des hommes ! ….

- Et maintenant plonge ta main droite dans son pantalon et palpe ses grosses couilles gonflées ! …..

Richard regardait avec concupiscence la somptueuse jeune femme agenouillée, et savourait la vue de son anneau de fiançailles brillant à son index alors qu’elle le branlait divinement d’une main, son autre main enfouie dans son pantalon, lui caressant les burnes.

Frissonnant de plaisir sous ses caresses lascives, la bite tressautant entre les doigts de la dévouée jeune femme, Richard sentait sa bite enfler démesurément alors qu’il s’efforçait de toutes ses forces de se contrôler pour ne pas gicler prématurément…… Pour ne pas éjaculer sur son innocent visage le souillant de son épaisse crème gluante.

Il retint son souffle en entendant Mollway intimer à sa jeune branleuse :

- Et maintenant ouvre tes lèvres et caresse son gland luisant de la pointe la langue…..

- Aaaaaaaaaahhhhhhh….. Mon Dieuuuuuuuuuuuuuu ! ….. Gémissait Richard en lançant sa tête en arrière, il était sur le point de projeter sa semence sur le visage de Kelly alors qu’elle faisait reluire son épais champignon d’une langue timide.

- C’est ça Kelly ! ….. Et maintenant lèche la hampe du pasteur Knowlton sur toute sa longueur…

Continuait à la guider ce vieux pervers de Mollway, quelques secondes plus tard, il reprit :

- Un peu plus vite ma chérie ! ….. C’est ça, et maintenant gobe sa grosse bite ! …… Prends le dans ton arrière gorge ! …. Fais-lui une gorge profonde ! …..

Richard ne pouvait plus résister, il tendit ses deux mains pour les poser sur la nuque de son inexpérimentée fellatrice, enfournant sa bite au fin fond de sa gorge, se plantant jusqu’aux couilles dans sa bouche accueillante et il grogna sourdement :

- Oh, mon Dieuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu ! ….

Tout en observant attentivement la façon de s’y prendre de l’inexpérimentée fellatrice qui suçait sa première bite, Mollway lui dictait ses instructions :

- Lâche sa bite qu’il puisse s’enfoncer dans ton arrière-gorge chérie….. Plaque tes mains sur ses fesses et pousse le vers toi… C’est ça, absorbe toute sa bite dans ta gorge ! …. Pense lui caresser les burnes… Chérie lorsqu’il sera sur le point de gicler dans ta bouche, tu sentiras ses couilles se raidir juste avant que le flot de foutre jaillisse ! …..

A voir Richard congestionné augmenter sensiblement le rythme de ses coups de boutoir, il paraissait évident qu’il allait bientôt jouir, du coup Mollway lui donna de nouvelles instructions :

- Kelly, maintenant lève les yeux chérie….. Regarde ton pasteur dans les yeux alors qu’il gicle dans ta bouche ! …..

- Oh mon Dieu… Mon Dieu… Oh oui….. Suce moi ma jolie Kelly ! ….. Suce moiiiiiiiiiiiiiiiiii ! …. A rggggggggggggg….. Grognait Richard en voyant la belle écarquiller les yeux alors que sa bite gonflait encore juste avant d’éjaculer.

Les mains accrochées dans sa logue chevelure blonde frissonnant à la vue de son regard angoissé, Richard cracha de longs jets de foutre crémeux dans son arrière-gorge.

Alors que Kelly gargouillait et s’étouffait, forcée d’avaler la gluante purée qui lui emplissait la bouche et la gorge, Richard cracha un nouveau jet de foutre de façon à ce qu’elle savoure sa semence jusqu’à la dernière goutte.

Les couilles totalement vidées, la bite amollie de Richard glissa hors des lèvres de sa ravissante fellatrice, il recula d’un pas en vacillant.

Mollway lui tendait une caméra en lui demandant de prendre quelques plans rapprochés de Kelly Garrison lui taillant une pipe.

Le vieux pervers se tenait maintenant face à la somptueuse blonde toujours agenouillée sur la moquette, il lui enjoignit :

- C’était très bien Kelly….. Et maintenant montre-moi si tu te souviens parfaitement de ce que tu viens d’apprendre ! ….

Quelques secondes plus tard le vieux saligaud gémissait :

- Ah… C’est ça ma chérie… Oh, oui….. Lèche la bien… Oh ouiiiiiiiiiiiii, t’es vraiment une suceuse innée ! …..

Puis Mollway souffla :

- Et maintenant lève les yeux chérie ! …… Je vais jouirrrrrrrrrrrrrrr ! ….. Oh, doux Jésus, oh ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii ! …..

Une heure plus tard, de retour dans sa chambre de jeune fille dans la maison de ses parents chez qui elle passait ses vacances de printemps, Kelly enleva ses chaussures puis déboutonna son chemisier jaune.

Elle le posa sur son lit en attendant de le mettre dans le panier de linge salle dans la salle d’eau, puis elle dégrafa sa jupe jaune qu’elle avait l’intention de suspendre dans sa penderie en attendant de la remettre, c’est alors qu’elle remarqua une petite tache blanchâtre sur le devant.

Elle la gratta de son ongle du pouce enlevant la matière qui souillait sa jupe, mais il demeurait cependant une légère décoloration.

Remarquant une autre tache au bas de sa jupe elle la jeta sur son corsage en attente de lavage.

Ayant mangé des spaghettis à la sauce blanche le midi même, innocemment elle en conclut qu’elle avait du en faire tomber sur sa jupe, d’où les taches crèmeuses.

Dans le bureau de Mollway, le luxurieux pasteur venait tout juste d’enrichir les sites d’enchères avec les photos de Kelly posant à devant l’église avec en arrière plan les informations la concernant ainsi que des photos et le clip vidéo rapportant le questionnaire et ses réponses sous hypnose.

La plus grande partie du clip se concentrait sur son inexpérience et le fait qu’elle était toujours pucelle, qu’elle gardait sa fleur pour sa nuit de noce, sur ces commentaires, Mollway fixa le début des enchères à 25.000 $

Puis il compléta les informations en arrière plan, derrière la photo d’elle devant l’église :

Age : 21 ans.

Date de naissance : 22/04/1966.

Couleur des cheveux : Blonde.

Couleur des yeux : Bleus.

Taille : 1,72 m.

Poids : 60 kgs.

Occupation : Etudiante en dernière année de la « Meridian University », spécialisée en psychologie.

En ouvrant les sites d’enchères, pour éviter que des fonds qui lui soient expédiés ne s’égarent, Mollway avait

pris les contacts nécessaires dans le réseau pour que l’enchère gagnante parvienne sur le compte occulte de la PPBN.

Il avait juste à attendre le créditement de cette somme sur son compte pour être assuré que tout marchait au poil.

En recevant cet avis, comportant le code de l’enchérisseur gagnant, il trouverait facilement son nom et son numéro de téléphone pour arranger les détails de la transaction sans pour celà laisser de trace de leur négociation.

Le temps c’est de l’argent aurait pu clamer Mollway alors que les enchères débuteraient vendredi et que Kelly Garrison repartirait tôt le mardi matin.

Or il voulait asseoir définitivement l’emprise de ces suggestions hypnotiques sur son esprit, il voulait être certain qu’elle répondrait positivement au mot clef, même si elle l’entendait par téléphone.

Dans ce genre de marché, une erreur serait très mal ressentie par le PPBN organisation que Mollway considérait comme l’élément le plus important du dispositif.

Dans la foulée des résultats des enchères il avait programmé une autre séance pour le lundi après-midi, déjà son inconscient lui dictait de ne rien programmer pendant les deux heures suivant l’heure de son rendez-vous.

Le vendredi midi les enchères débutèrent : 25.100 $, 25.300, 25.500, 25.750, 26.00, les enchères montaient rapidement.

Elles ralentirent quelques peu juste après 30.000 $, mais il semblait qu’in ne restait plus que des enchérisseurs sérieux s’efforçant vraiment de remporter les enchères.

Une heure plus tard, les 40.000 $ étaient atteints, Mollway s’excitait comme un pou en espérant que les enchères dépassent 50.000 $, ils furent atteints 5 minutes pus tard ! ….

Puis les enchères s’emballèrent : 50.000 $, 52.000, 55.000, 58.000, 60.000, 65.000.

- Bordel ils voulaient vraiment remporter la joute et la fille.

Gloussait Mollway poussant du coude le jeune pasteur Knowlton qu’il avait invité à suivre en les enchères en sa compagnie, ce qui était normal vu qu’il s’agissait d’une de ses paroissiennes qui était vendue sur le net, un riche bâtard noir ne tarderait plus à s’offrir le pucelage de la somptueuse Kelly Garrison.

Cinq secondes plus tard Mollway et Richard écarquillaient leurs yeux comme des soucoupes à l’énoncé des dernières offres : 70.000 $, puis la dernière clôturant le marché : 100.000 $.

L’heureux gagnant n’hésitait pas à débourser 100.000 $ pour s’offrir le pucelage de la ravissante Kelly !!!!

En envoyant un mail à l’enchérisseur gagnant selon son nom et son code, de conserve avec le montant de l’offre, Mollway espérait recevoir une réponse en retour avant lundi après-midi.

- Eh bien mon jeune ami, je voulais te dire que j’allais te faire parvenir 10 % de la somme pour toi ou à ta caisse communautaire puisque tu as fructueusement participé à cette vente ! …. 10.000 $ mon ami ! …. Me rejoindras-tu lundi ? ….. Il faut qu’on vérifie que l’adorable Kelly se souvient bien de ce qu’on lui a suggéré cette semaine ! …..

- C’est ta dernière chance de t’amuser avec cette innocente jeune femme, parce qu’elle ne sera plus vraiment innocente lorsqu’elle sera passée entre les mains de son acheteur noir ! …… Tu pourras peut-être lui enseigner la façon de réaliser un bon 69 ! …. Elle te sucera tandis que tu lui boufferas le gazon ! ….. Gloussa Mollway hilare.

A peine 5 minutes après qu’il ait notifié le succès de sa mise aux enchères ainsi que le code du meilleur enchérisseur que déjà un mail en retour le prévenait que la somme promise avait été versée sur le compte de la PPBN.

Le même mail l’informait que le gagnant attendait son appel dans la demi-heure suivante.

Il devait contacter Amos Thompson au (346) 745- 6789 poste 115, une réceptionniste vous prendra en charge.

Enclenchant le haut-parleur pour que le pasteur Knowlton puisse écouter la conversation, Mollway composa le numéro de son interlocuteur.

La mâchoire leur en tomba lorsqu’ils entendirent une réceptionniste leur répondre :

- Bonjour, ici la réceptionniste de l’Université des Sciences, que puis-je pour vous ? …..

Mollway lui demanda alors le poste 115, pour le pasteur Mollway du « Parti Progressiste du Bienheureux Nestor »…

La standardiste lui répondit de suite

- Je vous mets tout de suite en rapport avec le poste 115, le professeur Thompson attend votre appel.

- Avant de me connecter pourriez vous me dire de quel département dépend le professeur Thomson, s’il vous plait ? … La coupa alors Mollway.

- Oh, le professeur Thompson dirige le département de psychologie ! ….. Répondit-elle en retour.

Ici le professeur Thompson entendit-il alors une voix sonore retentir dans le téléphone.

- Professeur, le pasteur Mollway de l’association des « Pouffes Pour Bites Noires », je vous félicite d’abord d’être l’heureux gagnant des enchères… Comme vous le comprenez bien notre conversation doit rester strictement confidentielle, vous pouvez me parler en toute sécurité… L’informa Mollway.

- J’en suis bien conscient, pasteur Mollway….. Une connaissance mutuelle m’informé que vous aviez étudié l’hypnose et que vous êtes devenu un maître dans cet art, j’ai moi-même quelques notions d’hypnose, mais je suis loin d’être un expert ! …..

- Peut-être accepterez vous de venir nous donner une conférence démontrant ce qu’un psychologue peut attendre de l’hypnose dans sa vie professionnelle ! ….. Et je peux vous assurer que cela serait extrêmement fructueux ! ….. Exactement comme ce jour l’est pour moi ! ….

Cette perspective intéressait Mollway qui se disait que celà pourrait effectivement être envisagé à l’avenir.

- A voir votre lieu de travail et votre profession, je suppose que vous connaissez les paramètres susceptibles de plaire à d’éventuels amateurs ! …. Concéda Mollway.

Ce à quoi le professeur Thompson répliqua :

- Eh oui, en fait juste un peu, mais je vais m’efforcer de m’y intéresser de plus près dorénavant ! …… L’adorable Kelly Garrison a suivi plusieurs de mes cours ces deux dernières années dont deux ce dernier trimestre menant au diplôme de psychologie…..

- J’étais curieux de découvrir votre site d’enchères la première fois que je suis tombé dessus, je n’en croyais pas mes yeux lorsque j’ai vu apparaître, en arrière plan, sa photo dûment renseignée sur mon écran ! …..

- Vous ne pouvez pas savoir combien de rêves humides j’ai fait, dont cette adorable jeune femme était le sujet principal ! ….. Elle croisait si sensuellement ses longues jambes ivoires en s’asseyant en classe, elle m’apparaissait le portrait même de la pureté et de l’innocence ! ….. Bordel j’ai eu envie d’elle dès notre première rencontre dans la salle de psychologie 101, il y a deux ans maintenant ! ….

Ce lundi, lorsque Kelly se rendit au bureau de Mollway, elle fut toute surprise d’y retrouver le pasteur Knowlton, mais elle fut tout de suite mise à son aise par monsieur Mollway qui l’informa que Richard était là pour appréhender les étapes de son intervention.

Puis il secoua la tête en s’adressant au pasteur :

- Cette jeune dame m’a vraiment épaté en résistant à mes suggestions hypnotiques, mes techniques ne semblent pas opérer sur elle comme sur tous les autres.

Kelly était entièrement rassurée sur ce point, elle gloussa :

- Je vous avais prévenu ! …. C’est juste parce que je n’y crois pas ! …. Cela m’empêche de succomber à toute emprise hypnotique ! …..

Lorsqu’il lui demanda s’il pouvait essayer à nouveau, Kelly explosa de rire en s’allongeant d’elle-même sur le divan réservé aux patients, elle tendit ses jambes et poursuivit :

- Comme vous voulez, mais vous allez encore perdre votre temps ! ….

Quelques instants plus tard, Kelly, suivie de ce bon pasteur Knowlton, quittait le canapé et se dirigeait vers une porte que Mollway avait ouverte.

La porte refermée et verrouillée Kelly se tenait dans une grande chambre à coucher devant les deux hommes qui s’étaient assis.

- Imagine que tu es chez toi et que tu te déshabilles pour prendre une douche, tu te trouves seule dans la pièce ! …. Ote tous tes vêtements Kelly ! ….. Lui intima Mollway d’une voix autoritaire.

S’étant débarrassée de ses chaussures Kelly commença par déboutonner son chemisier, l’enleva et la posa sur le dossier d’une chaise vide.

Elle tendit alors son bras dans son dos et dégrafa son soutien-gorge qui ne tarda pas à rejoindre son chemisier.

Puis ce fut le tour de sa jupe, et de sa petite culotte de dentelles ce qui dévoila son petit trésor blond.

Il lui enjoignit alors de s’approcher du grand lit et de s’allonger dessus, elle obtempéra sans aucune hésitation.

- Et maintenant Kelly, tu vas apprendre de nouvelles techniques pour combler de plaisir un homme en te servant de tes lèvres et de ta langue ! ….. Te rappelles-tu ce que tu as appris la semaine dernière ? …..

- Oui…

- Le pasteur Knowlton s’est à nouveau porté volontaire pour te permettre expérimenter ces pratiques ! ….. mais cette fois, il t’enseignera en même temps comment s’y prend un homme pour combler simultanément de plaisir la femme qui prend soin de lui ! ….

Lorsque le pasteur Knowlton eut grimpé sur le lit, instinctivement Kelly empoigna sa bite bandée pour la frotter contre ses lèvres entrouvertes, Mollway lui ordonna alors :

- Etends-toi sur le dos et ouvres les cuisses ma chérie… C’est ça… Plus largement…… Il faut que Richard puisse enfouir sa tête entre elles ! ….

Rapidement des lapements et des gargouillements provinrent de l’endroit où s’affairaient les deux têtes ce qui fit dire à Mollway :

- C’est comme ça qu’un homme et une femme peuvent simultanément se donner du plaisir l’un à l’autre avec leurs langues et leurs lèvres ! …… Cette position est connue sous le nom de 69 ! ……

Tandis que pervers pasteur bouffait la chatoune de la jeune femme qui lui prodiguait une somptueuse pipe, Mollway lorgnait les longues jambes de la ravissante, sa bite tendait son pantalon.

Le besoin de satisfaire son fétichisme du pied le prit soudain, tandis qu’elle suçait avidement son jeune ex confrère, il fit le tour du lit.

Pantalon ouvert, la bite extirpée de son caleçon, il saisit les chevilles de la jeune femme et lui leva les jambes.

Se penchant en avant il entreprit de se branler entre ses plantes de pied qu’il avait refermé sur sa bite comme une sorte d’écrin.

- Oh, Kelly tu as de si jolis pieds ! …… Replie tes orteils vers moi….. Oh ou comme ça ! …. Je vais te montrer comment dispenser du plaisir à un homme en te servant de tes pieds! ….. Comment faire gicler un homme en te servant de tes ravissants orteils ! …. Ohhhhhh… Mugissait-il tout en continuant à se branler entre ses plantes de pied refermées sur son organe tressautant.

Cette séance dans la chambre à coucher attenant au bureau plairait sans aucun doute, pourvu que sa virginité demeure intacte, il apprécierait le fait que sa jolie étudiante soit initiée dans l’art du 69 ! ….

Enfin les trois protagonistes de cette scène hautement pornographiques jouirent simultanément.

Le corps de Kelly se tortillait sauvagement alors que le pasteur grognait sourdement :

- Dieu soit loué ! …. Alors qu’il éjaculait des torrents de foutre dans sa bouche accueillante et que Mollway lui enduisait les orteils et les plantes des pieds d’une épaisse substance gluante.

Alors que Kelly se trouvait toujours sous hypnose, ils utilisèrent une serviette humide pour essuyer son menton et la plante de ses pieds, avant de lui commander de prendre une douche dans la salle de bain contiguë.

Une fois rhabillée et de retour dans le bureau, Mollway implanta les dernières touches suggestives avant qu’elle retourne en fac le lendemain.

Une photo de son professeur de psychologie à l’écran, il implanta dans son esprit qu’elle devrait obéir à tous les ordres que lui donneraient le professeur Thompson.

Quels que soient les actes sexuels qu’il lui impose, ils devraient s’effacer de sa mémoire immédiate tout en restant gravé dans son subconscient.

Il enracina dans son esprit tous les détails concernant son généreux acheteur de façon à ce qu’ils soient opérants dès son retour à la fac.

Dès le premier jour de son retour en cours de psychologie suivant les directives d’une note émanant du professeur Thompson concernant les appréciations de fin de semestre, Kelly se résolut de le rencontrer l’après midi même pendant les heures d’ouverture de son bureau.

En fait, elle avait été programmée par Mollway, à la demande du professeur Thompson, pour le rencontrer à la vue de cet imprimé mentionnant le fait qu’elle était une PPBN, une Pouffe Pour Bites Noires.

Assise dans le bureau du professeur, yeux écarquillés, l’esprit vide, elle flottait dans un monde irréel, il semblait que sa présence même dans ce bureau faisait partie intégrante de son rêve.

La large main se glissant dans le V de son corsage ne la perturbait pas, pas plus que ses doigts épais se glissant dans un des bonnets de son soutien-gorge.

Des sensations étranges montèrent de son entrecuisse lorsque les doigts de son prof s’emparèrent de son téton dardé.

Il empaumait maintenant totalement son nichon alors qu’il relevait son soutien-gorge pour atteindre le second nibard.

- Tu as bien fait de tailler une pipe à ton pasteur mademoiselle Garrison ! ….. Ca fait deux jours que je me branle sur ces images depuis que j’ai le DVD de tes exploits… Et maintenant montre-moi ce que le pasteur Mollway t’a ordonné de faire avec le pasteur de ta paroisse… Lui enjoignit le professeur Thompson en enlevant sa blouse pour se planter face à elle.

Alors cette ravissante étudiante, cette jeune et fière jeune femme, tendit les mains pour saisir la ceinture de son pantalon d’une main et le débraguetter de l’autre

- Ahhhhhhhhh, ouiiiiiiiiiiiiii…  » Grommela-t-il alors qu’une petite main manucurée de frais, plongeait dans son caleçon à la recherche de sa bite tendue.

Il avait pris la précaution fermer la porte à clef, dès qu’il l’avait placée sous sortilège hypnotique, il était ainsi sur que d’autres étudiants ne viendraient pas perturber son rendez-vous.

- Ahhhhhhhhhhhhhhhh… Grommelait-il alors que la blanche salope titillait sa bite de sa chaude et agile langue.

- Ohhhhhhh, ouiiiiiiiii… Pantelait-il alors qu’elle se penchait sur lui empoignant de sa main gauche la base de sa mentule alors que sa main droite plongeait dans son caleçon pour empaumer ses grosses burnes poilues.

Mais posées sur la nuque de la somptueuse blonde qui levait ses tendres yeux vers lui, il souffla :

- Oh oui ma petite chérie… Bouffe ma queue ! ….. Avale ma bite au fond de ta gorge ! …. oh, oui mademoiselle Garrison ! …..

Quelques instants plus tard, Kelly clignait des yeux alors que le professeur Thompson lui tapotait le dos de la main lui demandant :

- Cela va-t-il mieux mademoiselle Garrison ? …..

Sortant rapidement de son état de sidération, Kelly prit le verre d’eau qu’il lui tendait lui conseillant :

- Buvez ceci mademoiselle Garrison… Vous me semblez un peu perdue ! …… Peut-être bien le contrecoup de cette cassure du printemps ! …..

Réalisant soudain qu’elle se trouvait dans le bureau du professeur Thompson, la tête vide, elle se demandait ce qu’elle faisait dans son bureau lorsqu’il intervint :

- Ne soyez pas perturbée par cet imprimé Kelly, vous avez obtenu un bon A la dernière fois, il y a peu de chance que vous obteniez moins qu’un B cette fois ! …..

La tête vide, Kelly ne parvenait pas à éliminer le goût de salé qu’elle avait en bouche, elle pensa fugitivement qu’il devait s’agir de relents du repas rapide qu’elle avait pris à la cafetaria en début d’après-midi.

Escortée jusqu’à la porte par son prévenant professeur, Kelly l’assura que cela allait bien et q’elle allait rejoindre son appartement pour y faire une petite sieste.

Le professeur Thompson informa alors la réceptionniste qu’il se sentait mal et ne voulait plus voir personne pendant les heures d’ouverture de son bureau, il rentra ensuite dans son bureau et verrouilla la porte avant de s’occuper de ses caméras.

Tourné vers le moniteur télé, il appuya alors sur le bouton retour de la caméra qui avait enregistré la visite de Kelly Garrison.

La bite dressée il sentait encore la savoureuse pression de ses lèvres refermées sur sa hampe, il sourit en regardant l’enregistrement de la pipe qu’elle venait de lui dispenser à son corps défendant, cela faisait deux ans qu’il rêvait de la voir enfourner sa bite, dans sa bouche ! …..

- Bordel, quel excellent premier retour sur investissement ! ….. Gloussait-il ravi.

Ayant fini de dîner avec les filles de sa fraternité d’étudiantes, Kelly se rappela qu’elle avait un rendez-vous à 20 heures, cette programmation de nuit la surprenait un peu.

Il s’agissait de résoudre un problème concernant son futur diplôme, le sujet ou la nature lui semblait très confus mais son, la partie rationnelle de son esprit lui dictait de faire vite.

Elle jeta un oeil sur l’adresse sur la note qu’elle avait rangé dans on sac, elle se posait quelque question à son sujet.

- L’adresse… L’heure….. Elle devait rencontrer un professeur ! ….

Mais cet instant de lucidité disparut bien vite alors qu’elle remontait la fermeture éclair de sa robe, une robe bien trop élégante pour se balader sur le campus, mais qui l’était moins pour se rendre à un rendez-vous.

Lorsqu’elle appuya sur la sonnette de la maison répondant cette adresse à l’autre bout du campus, elle sursauta en voyant le professeur Thompson lui ouvrir la porte.

- Entrez ma chère, je vous attendais ! ….. Vous voulez toujours devenir membre de la PPBN, ne seriez vous pas….. Une Pouffe Pour Bites Noires ? ….. Lui demanda-t-il sachant que cette phrase était la clef, que Mollway avait implanté dans son esprit, la plongeant immédiatement sous état hypnotique.

Comme elle le suivait dans on appartement alors que trois caméras préprogrammées, enregistraient ses mouvements et dires, il lui demanda abruptement :

- Vous disiez que vous vouliez me rencontrer pour discuter de votre note de fin trimestre, n’est ce pas mademoiselle Garrison ! …..

Comme programmé dans son esprit par Mollway lors de leur dernière rencontre lundi matin, elle hocha affirmativement la tête en murmurant :

- Oui…..

Elle tendit alors son bras dans son dos et descendit la fermeture éclair de sa robe, puis elle dégagea ses épaules et la laissa tomber en corolle autour de ses hauts talons.

- Vous avez gagné mademoiselle Garrison je vous mettrai ce A que vous réclamez si vous continuez… Et que vous couchiez avec moi comme vous me l’avez promis ! ….. Intervint alors le pervers professeur sachant que cette réflexion serait fidèlement enregistrée par les caméras.

Avec cela sur la bande, bien qu’il avoua coucher avec une de ses élèves, le motif de cette coucherie serait évident pour tous.

Une fois son soutien-gorge enlevé, ses magnifiques nibards à l’air, le professeur Thompson ne sut résister à la tentation, il s’approcha pour sucer ses nibards ses mains refermées sur sa nuque.

Une fois ses tétons dardés et durs, il se recula d’un pas pour lui permettre de poursuivre son effeuillage.

Elle ne portait plus qu’une paire de hauts talons blancs, il décida de la déguster à nouveau, cette fois il s’agenouilla sur le tas de vêtements couvrant le sol, alors qu’il se penchait pour goûter à sa féminité, elle se mit aussitôt à couiner :

- Ohhhhhhh….. Professeur…… Professeur Thompson…

Vrillant sa langue dans son intimité embrasée alors que de la main il la maintenait en place, il eut la joie de la sentir rapidement jouir sous les caresses enivrantes de ses lèvres et sa langue butinant son gazon, cette fois elle hurla :

- Aaaaaaaaaaaaaaaah….. Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh…..

Toute pantelante de cet orgasme qui l’avait terrassée au plus profond de sa sidération hypnotique, elle se sentit entraînée sur le lit du professeur Thompson uniquement vêtue de ses hauts talons.

Une fois dans le lit, il lui enleva gentiment ses chaussures afin de prendre ses orteils en bouche pour les lécher copieusement.

Toujours pantelante après son intense orgasme elle sentit son prof principal écarter ses cuisses en grand alors qu’il se vautrait dans le compas grand ouvert.

Elle tremblait comme une feuille alors qu’il lui suçait à nouveau les mamelons avant de lui rouler des pelles passionnées.

Dans son état de confusion total, Kelly ignorait totalement que des caméras enregistraient chacun de ses gestes, chacun de ses gémissements, chacune de ses plaintes, alors qu’elle distrayait de ses charmes le professeur Thompson.

Non seulement tout était enregistré, mais l’ordinateur cible était relié à un autre ordinateur à des centaines de kilomètres de la chambre du professeur Thompson.

Les images étaient diffusées simultanément sur un écran dans un bureau de Presswood où deux hommes follement excités regardaient le déroulement de ce viol ! …..

Son faux conseiller prénuptial et le pasteur de sa paroisse ne semblaient en aucun cas honteux d’avoir ouvert leurs braguettes pour se branler allégrement à la vue des ces images d’une haute pornographie.

- Que pensez-vous qu’il va faire maintenant ? ….. Demanda le pasteur à son complice, ce qui lui attira une remarque enflammée de son comparse.

- Etes-vous stupide Knowlton, que voulez-vous qu’il lui fasse maintenant… J’espère qu’il va la tirer de sa torpeur, juste avant de la violer ! …..

- Moi aussi ! …. Répondit le pasteur d’une voix tremblante.

Alors que ces deux pervers savouraient les images de la future épouse en train de se faire violer par son acheteur, un luxurieux professeur de fac, il était évident que ce bâtard noir se réjouissait de caresser ses longues jambes soyeuses alors qu’il lèchouillait et mignotait ses nibards.

Comme le musculeux prof noir remontait sur elle, agrippant les deux poignets de sa ravissante victime pour les tendre au-dessus de sa tête le pasteur Knowlton grommela :

- Il ne va plus tarder à le faire ! …. Il lui léche le lobe de l’oreille en lui murmurant quelque chose….. Il va la réveiller de suite ! ….. Et maintenant il lui ordonne de le serrer dans ses bras….. Elle verrouille aussi ses chevilles dans son dos ! ….

Clignant des yeux rapidement, cherchant à rassembler ses esprits alors qu’elle sortait de son état de sidération hypnotique, Kelly haleta en reconnaissant le professeur Thompson, le problème étant qu’elle ne l’avait jamais vu se comporter ainsi auparavant.

- Professeur Thompson… Que se passe-t-il ? ….. Où suis-je ? ….. Balbutiait-elle hébétée.

Son suborneur prit son temps avant de répliquer :

- Tu es dans mon lit ma petite Kelly chérie…… Et n’essaie pas de te sauver maintenant, ce serait inutile ma chérie ! …. Tu es venue ici pour… Pour me demander de te donner un A bien sur…… Me proposant de coucher avec moi en échange ! ……

A sa grande horreur, Kelly réalisa à cet instant qu’elle était totalement nue, et que le professeur Thompson frottait son corps nu noir contre le sien ! …..

Pire encore, son pénis se pressait contre sa féminité le gland quasiment engagé entre ses babines.

Cœur battant la chamade Kelly tremblait de peur alors qu’elle le suppliait :

- S’il vous plait… Non, non… Ce n’est as vrai ! …. Je ne suis pas venue ici pour ça ! …. Je vous en prie….. C’est un viol ! ….. Arrêtez ! …… Aieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee……  » hurlait-elle terrifiée alors que son pervers professeur plongeait son gros membre noir en elle, fracassant son hymen d’un seul élan.

Alors que les cris de douleur de Kelly emplissaient la chambre, cela semblait une douce musique aux oreilles d’Amos Thompson qui pensait qu’un tel coup valait bien les 100.000 $ qu’il avait déboursé.

Plongeant une fois de plus au fond de sa grotte endolorie, il bourrait sa bite bien au fond de sa caverne virginale il y a encore peu, alors qu’elle couinait :

- Qwwwwwwwwwwwww… Arrêtez….. Arrêtez… Ca fait malllllllllllllll… Oh, mon Dieuuuuuuuuuuuuu… A l’aideeeeeeeeeee…..

Amos explosa de rire et gloussa ironiquement :

- Ne crois pas que Dieu te vienne en aide ma chérie ! …. En fait c’est moi qu’il a aidé, il m’a permis de profiter de tes charmes dans mon lit ! …. he, he, he…

Kelly était pantelante de douleur alors que la gigantesque bite de son suborneur pourfendait sa corolle vierge, la clouant sur le lit alors qu’elle tentait vainement de lui décocher des coups de pieds furieux.

Pire encore, son monstrueux membre l’avait ruinée à jamais, il avait rompu son hymen, et il lui distendait la chatte en attendant de projeter son foutre au fin fond de ses entrailles fertiles.

- Non… Non… Je vous en prie professeur Thompson… Je vous en prie arrêtez….. Vous risquez de m’engrosser ! ….. S’il vous plait….. Non….. Je ne veux pas tomber enceinte de vos oeuvres ! …… Je ne veux pas de bébé! …..

Elle sanglotait lourdement alors qu’il la martelait maintenant de vigoureux coups de boutoir.

Dix minutes plus tard, Kelly gisait sur le flanc pleurnichant :

- Je veux mourir….. Oh, mon Dieu….. Faite que je meurs ! ….. Laissez-moi juste mourir ! …..

Son corps tout entier la faisait souffrir, son vagin était tout endolori, elle avait copieusement saigné, elle sentit alors la main de son vil professeur se poser sur son avant-bras la replaçant à nouveau à plat dos.

Sanglotante, les mains posées sur sa poitrine endolorie, Kelly gardait les yeux fermés alors qu’il écartait ses genoux contemplant visiblement les ravages qu’il avait causé.

Il ouvrit largement sa fente ensanglantée de ses pouces, Kelly comprenait qu’il voulait amplifier le filet de foutre mêlé de sang qui s’écoulait lentement de sa chatte dépucelée, il voulait que l’on constate clairement sur le film qu’elle venait de se faire dépuceler.

Le pasteur Knowlton et le conseiller prénuptial Mollway projetèrent chacun un essuie tout souillé de sperme dans la corbeille toute proche, leurs deux bites se déployèrent à nouveau à la vue du professeur Thompson plonger son index dans la foufounette ensanglantée de sa malheureuse victime, puis le retirer pour le montrer à la caméra avant de lécher le doigt couvert de foutre et de sang.

Puis le bâtard noir se pourlécha les babines et leur sourit au travers de l’objectif d’une des caméras avant de se retourner sur la ravissante blonde qui se lamentait de plus belle.

Il plaça ses larges mains sous ses genoux pour les écarter en grand avant de plonger la tête entre ses cuisses pour lui bouffer son minou ensanglanté, la faisant pousser un long gémissement :

- Ooooooooooooooooohhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh…..

Les doigts crispés sur les draps chiffonnés, secouant la tête de droite à gauche, Kelly essayait désespérément, de refuser de ressentir du plaisir, elle ne voulait pas que son vil suborneur qui venait de dérober sa virginité et lui imposait maintenant un acte aussi pervers que dégradant la fasse vibrer de plaisir.

Dents serrées, Kelly ne pouvait plus résister, elle s’arqua sur les talons pour mieux s’offrir à la bouche qui lui butinait la chatte.

Elle lâcha alors les draps pour agripper le dos de son professeur de psycho qui lui bouffait si habilement le gazon.

- Oh….. Ohhhhhhhhhhhh… Ahhhhhhhhhhhhhhhhhhh… Cria-t-elle soudain alors que tout son corps tressautait sous l’effet d’un intense orgasme qui la submergeait toute.

Quelques instants plus tard, alors qu’Amos Thompson s’était redressé abandonnant ses souillées de sang, il gloussa :

- Bordel, dire que je veux te baiser depuis le jour où je t’ai vu débarquer en salle 101 ! ….

Kelly pleurnichait :

- Vous m’avez violée ! ….. Je vais me plaindre à la police! …. Vous irez en prison ! …. Vous n’enseignerez plus jamais ici ! …. Ni ailleurs ! …..

Alors qu’elle se plaignait, mi menaçante mi effondrée, il démarra un magnétoscope branché sur le moniteur télé. Un vidéo clip commença de défiler, on y voyait Kelly entrer dans la maison du professeur Thompson, le dialogue enregistré résonna alors à ses oreilles, il mentionnait le fait qu’il lui mettrait un A pour clore son trimestre en échange de faveurs sexuelles ! …..

Sur ces mots, elle se déshabillait totalement pour lui, sous aucune contrainte ! …..

Le professeur Thompson adorait l’air stupide et hébété qu’arborait maintenant son visage alors que le clip démontrait à l’évidence qu’il s’agissait d’un marché passé volontairement entre deux individus et non pas d’un viol.

S’approchant du lit il l’agrippa rudement par la chevelure se servant de son autre main pour presser son gland poisseux sur ses lèvres.

- Tu ferais mieux de fermer ta gueule ma chérie au sujet de ton prétendu viol ! …. Et maintenant ouvre la pour accueillir ma bite ! ….. Grondait Amos en frottant sa bite sur ses lèvres et son nez.

Comme elle ouvrait la bouche pour crier sa douleur naissant dans sa chevelure, il enfourna sa bite dans sa bouche étouffant ses cris.

Quelques instants plus tard, elle s’étranglait alors qu’il projetait des gerbes de foutre dans sa bouche rétive, puis, lorsqu’il la libéra, elle rampa vivement jusqu’à la corbeille pour y vomir tripes et boyaux.

Le professeur Thompson n’avait plus aucun besoin de se servir de l’hypnose se faire sa jolie étudiante, son emprise était maintenant bien établie avec les vidéos qu’il détenait, en un mot il la faisait maintenant chanter.

- Aimerais-tu que tes parents sachent comment tu as obtenu ton A ? …… Je parie que ton fiancé apprécierait de voir comment tu t’es fait dépuceler par un nègre ! ….

C’était les menaces qu’il lui avait faites si elle refusait de coucher avec lui chaque nuit jusqu’au jour d’obtention des diplômes.

Ainsi, de fin mars à la première semaine de juin, Kelly se força à écarter les cuisses toutes les nuits pour complaire à son luxurieux maître-chanteur.

Elle apprit rapidement à avaler son foutre sans hauts le cœur, et, en plus elle réalisa que son pervers de prof adorait l’enculer alors qu’elle mordait son oreiller à pleines dents chaque fois qu’il fourrait sa bite dans son trou du cul.

Les bras chargés de roses et d’autres fleurs, juste après la cérémonie de remise des diplômes, Kelly se retrouvait à nouveau dans les bras de son ardent fiancé, en compagnie de ses parent qui tous avaient pris un vol matinal pour assister à l’événement.

Kelly mettait ce jour en exergue pour, elle avait maintenant son diplôme de psychologie en poche et la nuit dernière était la dernière qu’elle devait partager avec son infâme suborneur.

Cette dernière nuit avait été si horrible, si pénible, le professeur Thompson s’était rué dans son appartement pour abuser une dernière fois de ses charmes, à la vue de la robe qu’elle devait endosser pour la remise des diplômes suspendue dans sa penderie, celle qu’elle portait actuellement, il avait voulu la voir vêtue de cette tenue de pied en cap.

Mais surtout il voulait qu’elle enfile sa robe pour qu’elle endure l’ultime humiliation de le sucer vêtue de cette tenue qui représentait tant pour elle et qu’elle devait porter le lendemain pour la cérémonie officielle.

Elle se figea en voyant le professeur Thompson approcher de leur groupe, il se présenta de lui-même auprès de ses parents les saluant d’un sonore :

- Vous devez être monsieur et madame Garrison, les parents de Kelly ! ….. Elle m’avait dit que vous viendriez assister à la remise des diplômes ! ….. Vous pouvez vraiment être rudement fier de votre fille, elle était la première dans tous les cours de psychologie….. c’était mon étudiante préférée ce dernier trimestre ! …..

Forcée de présenter ce foutu bâtard à son fiancé, Kelly frissonna en le voyant serrer la main de son futur poursuivant :

- Félicitations jeune homme… Vous êtes un sacré veinard d’épouser cette adorable jeune femme ! ….

Lorsque la conversation retomba entre son fiancé et le professeur Thompson, Kelly soupira de soulagement. Elle avait eu peur que ce vil bâtard ne sorte une bombe du genre :

- Kelly sera une excellente épouse, c’est moi-même qui lui aie appris à écarter les cuisses pour accueillir un homme, à tailler une pipe en avalant la fumée, à se servir de son trou du cul pour complaire à ses futurs amants ! ….

Juste avant de leur souhaiter au revoir, après avoir encore discuté un petit moment avec ses parents, le cœur de Kelly sauta dans sa poitrine lorqu’il annonça à haute voix :

- Au fait je te remercie de m’avoir invité à ton mariage Kelly ! … Je dois justement me rendre à Presswood à ce moment pour veiller au recrutement local aussi serai-je sur place pour répondre à ton invitation ! ….

En fait, elle ne lui avait jamais envoyé d’invitation et n’avait nulle intention de l’inviter d’ailleurs, elle voulait éviter que ce satané salaud de violeur qui avait abusé de ses charmes pendant de longs mois n’assiste à ses épousailles.

- Oh si vous venez à Presswood, nous serons heureux de vous avoir à souper….. Indépendamment des noces bien sur ! …. Entendit-elle sa mère répliquer, ce à quoi il rétorqua :

- J’adorerai ça ! ….

Elle dut subir son accolade lorsqu’il s’approcha pour prendre congé et la féliciter de nouveau, il lui murmura alors à l’oreille :

- Réserve la suite nuptiale une nuit avant ton mariage… Tu leur diras, pour te justifier, que ce sera plus facile pour t’habiller avant de rejoindre l’église en partant de là ! …. Nous pourrons ainsi baiser une dernière fois… La nuit précédant ton mariage ! …. Je suppose que tu soupçonnes ce que tu devras porter pour cette nuit d’adieu….. C’est tout blanc et cela se porte avec un voile ! …..

Puis il se recula la complimentant lourdement sous les yeux de tous alors que des larmes plein les yeux, elle dut se forcer à le remercier :

- Grand merci professeur Thompson ! ….

Et ce denier lui faisant un signe au revoir ajouta :

- On se reverra bientôt ma chère Kelly ! …. Je suis impatient de te voir vêtue de ta robe de mariage ! ….

Le soir même, Amos Thompson passa u coup de fil au pasteur Mollway pour s’enquérir si, moyennant finance, en dehors des enchères il pourrait acheter les faveurs d’une des membres de sa communauté lorsqu’il se rendrait à Presswood pour assister au mariage de Kelly Garrison.

La mention du nom de Kelly Garrison éveilla un large sourire sur le visage alors qu’il gloussait à l’autre bout du fil, cette blonde beauté ne pouvait s’oublier.

Amos s’entendit répondre, à sa grande joie, que cela dépendait uniquement de ses désirs et du prix qu’il voulait y mettre, mais la vue de son enchère lors de la vente de Kelly, le pasteur Mollway ne doutait pas qu’il puisse s’offrir les charmes de n’importe laquelle des femmes figurant sur le catalogue web.

Amos avança :

Je pense qu’elle doit se trouver dans le catalogue, mais je ne l’ai pas feuilleté, je viens tout juste de la rencontrer aujourd’hui….. Une femme élégante et fière ! …. Une véritable beauté ! …. Madame Patricia Garrison… La ravissante mère de Kelly ! ….

- Je suis invité à partager leur souper un soir suivant le mariage de leur fille, aussi aimerai-je que vous me prépariez le chemin pour la baiser chez elle….. Dans son lit conjugal ! …..

Puis visitant le catalogue sur le web, il ajouta :

- Je vois que l’on peut aussi disposer des charmes d’une femme de pasteur… Est-ce toujours valable ? ….

- Bien sur ! ….

- Et merde j’aimerai aussi me faire la femme d’un pasteur ! …. Ce serait fantastique ! …..

Puis la conversation roula sur la possibilité de faire une démonstration de ses connaissances et pratiques dans sa classe, après le départ de Kelly Garrison, le professeur Thompson désirait la remplacer par une ravissante future élève de dernière année avec de longs cheveux noirs qu’il avait repéré dans la classe d’avant dernière année.

Kelly, ses parents et son fiancé visitèrent la ville pendant deux bonnes journées avant de prendre le vol de retour au bercail.

Il était temps maintenant de régler l’organisation de son mariage, il restait tant de détails à peaufiner.

Vérifiant sur son agenda toutes les choses qu’elle devait faire tout au long de ce mois, elle réalisa que ses journées seraient bien remplies d’ici le soir des noces.

Tout d’abord déplacer l’enterrement de sa nuit de jeune fille qui devait initialement avoir lieu la veille du mariage, mais comme elle avait rendez-vous avec le professeur Thompson tôt dans cette même soirée dans la suite nuptiale……

- Mon Dieu ce foutu bâtard… Il veut me baiser dans ma robe de mariée ! ….

Grinçait-elle des dents, frémissant à l’idée de porter sa tenue souillée par leurs ébats lorsqu’elle prononcerait ses vœux de mariage.

Puis elle devait réaménager certains engagements pour se libérer une journée entière, cela prendrait un moment, mais elle devait y parvenir sans faute.

Elle soupira de soulagement lorsque ce fut fait et elle inscrivit un A sur à cette date sur son agenda.

Regardant ce A qu’elle venait d’inscrire sur la page blanche elle frissonna se rappelant la dernière fois que cette lettre avait été mentionnée, lors de la scène enregistrée sur vidéo qui avait permis au pervers professeur de la faire chanter en la plaçant sous sa coupe….. Celle ou elle s’offrait à lui en échange de l’obtention d’un A pour clôturer son année ! ….

Ce A lui rappelait aussi cde salopard, mais il s’agissait cette fois du A pour avortement, elle se retrouvait enceinte des oeuvres de ce sale pervers qui l’avait trombinée à longueur de nuit ces derniers mois.

C’est le matin même de la remise des diplômes que Kelly avait découvert que ce bâtard l’avait engrossée, son test de grossesse avait confirmé que ses nausées n’étaient pas dues à une simple indisposition.

FIN DE L’HISTOIRE



3 commentaires

  1. cyrille 26 mai

    Je découvre et n’ai pas encore tout lu. Je donnerai mon sentiment « in fine »à ce texte qui parait de prime abord de qualité.
    Comment faire pour accéder à vos autres écrits?
    Bien amicalement
    Cyrille

    Répondre

  2. Milna Santé 22 août

    article très instructif, le bien-être s’épanouit dans la convivialité, dans la résonance avec le bien-être d’autrui.

    Répondre

  3. camp-bdsm 5 avril

    Pas mal le concept d’histoire avec des personnes haut placé assez disons lubrique si on peu parler ainsi.

    Mon blog https://camp-bdsm.blogspot.fr

    Répondre

Laisser un commentaire

Stream SeX |
GangBang Streaming |
yasmina18 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Délires et des rêves
| photoscoquines
| OrgieX-Extrème